Journal du 3ème Groupe de Transport

Journal interactif des anciens tringlots sahariens du 3ème GT et autres sahariens


    Le Cinéma et le Sahara

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 239
    Date d'inscription : 11/08/2009

    Le Cinéma et le Sahara

    Message  Admin le 21.09.09 16:30

    Bonjour à tous,
    La beauté du Sahara et ses mystères a inspiré comme cadre de nombreux films, aussi nous avons créé cette nouvelle rubrique pour pouvoir en parler. Dans Accueil : " Le Cinéma et le Sahara "

    Le premier film : Un thé au Sahara

    Synopsis
    En 1947 un jeune couple d'Américains, Port Moresby et Kit, partent pour l'Afrique à la recherche de leur amour que la civilisation d'après-guerre perturbe. Pour Bertolucci le livre de Bowles raconte une belle histoire d'amour, une histoire d'amour banale entre deux personnes très compliquées qui s'adorent mais ne peuvent pas trouver le bonheur ensemble.

    Quelques images du tournage




    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Lawrence d'Arabie

    Message  Michel FERNEZ le 22.09.09 10:17

    Bonjour à tous,

    LAWRENCE D'ARABIE 1962
    Le désert est un élément fascinant et hautement plastique. Il n’est donc pas étonnant que le cinéma ait à maintes reprises planté son décor dans les dunes des sables du monde. Les grands espaces nourrissent l’imaginaire de nombres de cinéastes et de scénaristes.

    Lawrence d’Arabie est peut-être le film le plus emblématique représentant le désert au cinéma. Pour beaucoup de spectateurs, les premières images du film qui viennent en tête sont celles d’un dromadaire courant dans les dunes, sur la mélodie de Maurice Jarre.
    L’histoire :
    1916. La Première Guerre Mondiale fait rage en Europe. En Arabie, les Anglais affrontent les Turcs qui persécutent les tribus arabes. Le lieutenant Lawrence, admirateur fanatique de la culture arabe, est envoyé auprès du prince Fayçal pour apprécier la situation. Lawrence s’adapte très vite aux coutumes des bédouins. Son enthousiasme communicatif et sa volonté lui permettent, à la tête de méharis, de conquérir une position turque réputée inexpugnable, le port d’Aqaba sur la Mer Rouge. Voyant l’ascendant exceptionnel qu’il exerce sur les bédouins, l’état-major britannique le détache en permanence auprès des Arabes. Mais Lawrence, mégalomane, rêve de rendre l’Arabie à ses habitants... La guerre touche à sa fin. Lawrence, à la tête de ses « troupes », conquiert Damas et tente de mettre sur pied le Conseil de l'Unité Arabe. Mais la rivalité des tribus détruit son rêve. Dans le bureau du général Allenby, le prince Fayçal est venu discuter les conditions de partage des territoires conquis. Tandis que Lawrence, promu colonel, rentre au pays. Sur la piste, la voiture qui le conduit au port croise les bédouins; mais personne ne semble le reconnaître...


    Amitiés.
    Michel
    avatar
    Roland DIONET

    Messages : 439
    Date d'inscription : 12/08/2009
    Age : 72

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Roland DIONET le 26.09.09 10:55

    Bonjour à tous,



    Synopsis
    Le lieutenant Charles Saganne, fils de paysans ariégeois est un officier sorti du rang. En 1911, il quitte la France pour le Sahara et l'aventure. Il s'éprend de la jeune et jolie Madeleine de Saint-Ilette dont les parents s'opposent à leur union. Ces derniers font en sorte que Saganne soit envoyé dans le sud saharien pour l'éloigner de leur fille.
    Histoire romancée de Louis Gardel (1980) est le récit romancé de la carrière brisée par la Première Guerre mondiale du grand-père de l’auteur. Un authentique héros du Sahara cité en exemple par Joseph Peyré, dont l’œuvre a grandement inspiré le roman de Gardel.

    Photos du tournage






    Amicalement

    Roland
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 27.09.09 15:25

    Bonjour à tous,

    La Légion du Sahara


    Film d’aventures de Joseph Pevney, avec Alan Ladd, Arlene Dahl, Richard Conte, Akim Tamiroff.
    Pays : États-Unis
    Date de sortie : 1953

    Synopsis
    Paul Lartal traquant des pillards dans le Sahara tombe dans une embuscade et son détachement est massacré et lui-même blessé. Il est soigné par une femme, Morjana, dans une cité mystérieuse. Peu après, il est recueilli par un avant poste de la Légion. Mais ne pouvant oublier la jeune femme, il parvient à gagner Madara, la cité mystérieuse.


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Roland DIONET

    Messages : 439
    Date d'inscription : 12/08/2009
    Age : 72

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Roland DIONET le 28.09.09 10:38

    Bonjour à tous,

    Pour René

    Synopsis
    Le Hoggar, un massif inviolé qui marque au début du siècle les frontières de l'exploration européenne dans le Sahara, est le décor dans lequel le jeune officier Saint-Avit sauve la vie au sous-lieutenant Morhange, du Service Géographique, capturé par les Touaregs. Les deux hommes nouent une amitié intense, forte, aussi grâce à la complicité de la passion qu'ils partagent pour le charme ambigu d'une femme, Amira. Leurs aventures sentimentales, dans l'atmosphère complice de la Casbah, s'entremêlent à leur vie d'officiers. Au cours d'une mission dans le désert, Saint-Avit découvre une croix gravée dans la roche. La croix est formée d'un mot mystérieux en la langue tifinar : Antinéa... peut-être le signe de présences du passé... Mais de l'expédition il n'y a plus traces...



    L’Atlantide
    Roman de Pierre Benoit (1919)
    L’Atlantide est le second roman de Pierre Benoit, paru en 1919 aux éditions Albin Michel. Il est devenu un véritable best-seller de l’édition française (1,722 million d’exemplaires vendus dont 991.000 en Livre de Poche, au début du XXIe siècle). Son immense succès fut attribué au besoin des Français d’oublier la Première Guerre mondiale, qui venait de s’achever, par des livres pleins de passion et d’exotisme.
    Le livre reçoit le Grand Prix du roman de l'Académie française en 1919.
    L’Atlantide de Pierre Benoit a également donné lieu à plusieurs adaptations cinématographiques.

    L’histoire
    Deux officiers français, le lieutenant de Saint-Avit et le capitaine Morhange, se retrouvent captifs d’un royaume inconnu au cœur du Sahara algérien, dirigé par la mystérieuse reine Antinéa, qui serait la descendante de Neptune. Le roman oscille entre la légende et la réalité.

    Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
    Pierre Benoît ménage une surprise de taille à son lecteur : alors que la première apparition d’Antinéa la présente comme un personnage surhumain (au point de connaître par cœur des horaires de chemin de fer en France), celui-ci va découvrir peu à peu qu’elle n'est pas fille d’une princesse atlante, mais d'une demi-mondaine parisienne, puis un peu plus tard que son père n'est autre qu'un prince russe en exil, le mariage de celle-ci avec le roi atlante ayant eu lieu alors qu’elle était déjà enceinte. Ces informations découvertes peu à peu par le lieutenant de Saint-Avit ne diminueront en rien sa passion violente pour la jeune femme, qui ira jusqu’au meurtre.

    Inspirations
    Selon certains, Pierre Benoit se serait inspiré, pour son personnage d'Antinéa, de la reine berbère Tin Hinan.
    Pierre Benoit relate également dans ce livre les souvenirs de sa jeunesse. Fils du colonel Benoit, il a passé ses premières années en Tunisie, où son père était en poste puis en Algérie, où il accomplit son service militaire. Dans un article de L'Écho de Paris le 2 février 1920, Pierre Benoit explique ainsi :
    « De 1892 à 1907, j’ai vécu en Tunisie et en Algérie. Dès mon enfance, j’ai entendu parler des Touareg, et mon imagination a été excitée par certaines sombres histoires, celle notamment d’une mission exécutée dans le Centre africain par deux Français dont un seul était revenu sans qu’on ait jamais pu savoir comment avait péri son compagnon. Telle est l’idée qui est à la base de l'Atlantide, il n’y en a pas d’autre ».

    Adaptations cinématographiques
    L’Atlantide, film franco-belge de Jacques Feyder (1921). Film fidèle au roman de Pierre Benoit.
    L’Atlantide est un film allemand de Georg Wilhelm Pabst (1932). Un film, fidèle au roman, au style très expressionniste avec ses vastes plages d’ombre et de lumières.
    L’Atlantide, film d'Edgar George Ulmer (1961). Modernisation du roman de Pierre Benoit avec hélicoptères et bombe atomique.
    Hercule à la conquête de l'Atlantide, film de Vittorio Cottafavi (1962). Mélange de mythes ne reprenant que quelques éléments du roman.
    L’Atlantide, film de Jean Kerchbron (1972). Film fidèle au roman, mais marqué par son temps, Antinéa menant un combat féministe.
    L’Atlantide, film de Bob Swaim (1992). Variation autour du roman.

    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 13.10.09 15:42

    Bonjour à tous,
    Ne ratez pas les citations de Michel Audiard


    UN TAXI POUR TOBROUK




    Synopsis
    Lors de la Seconde Guerre mondiale, un commando français de quatre hommes se perd dans le désert du Sahara après une mission. Tombés en panne, ils s’emparent d’un véhicule allemand et capturent son officier pour rallier Tobrouk avant d’être découverts.

    Commentaire
    Mis à part les dialogues (du pur Audiard) réellement excellents, ce film démontre surtout l’absurdité des situations qui se créent pendant une guerre, et que celle-ci ne règle pas. L’antimilitarisme du film est vraiment son fil conducteur, et les échanges entre les officiers et les troupiers, entre les Français et l’Allemand, sont empreints finalement d’une sorte de camaraderie qui les met tous égaux face à la guerre et ses ravages.
    Lino Ventura, excellent, et Charles Aznavour, qui se révèle formidable en déclamant du Audiard pur, sont entourés de trois seconds rôles qui prennent presqu’autant de place qu’eux. Savoir qui va finalement l’emporter, de l’Allemand ou des Français, reste toujours aussi délicieux à voir : ce huis-clos en plein désert sera vraiment une révélation pour ces hommes.
    « À la guerre, on devrait toujours tuer les gens avant de les connaître ». En cours de route et dans ce huis-clos, ils ont appris à se connaître et finissent par fraterniser.

    Citations
    * Moi, je ne réfléchis pas à reculons. Je laisse ça aux lopes et aux écrevisses !
    * Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche.
    * Toi qui parles allemand, dis-lui donc merde.
    * Faut pas faire attention, c’est une brute née de la guerre.
    * En langage clinique, on appelle ça un paranoïaque ; en langage militaire, un brigadier.
    * À la guerre, on devrait toujours tuer les gens avant de les connaître.
    * Quand dans le désert, on trouve un macchabée qu’on ne peut pas identifier, on lui fouille les poches. Si on trouve un ouvre-boîte, c’est un British, quand on trouve un tire-bouchon, ben... c’est un Français !
    * Je vais mourir pour la fécondation du désert !... Demain sur les tombeaux, les blés seront plus beaux comme dit le poète... Mon nom va devenir une marque. Une marque d’engrais. La décolonisation bat son plein !...

    Fiche technique
    * Titre : Un taxi pour Tobrouk
    * Réalisation : Denys de La Patellière
    * Scénario : René Havard adapté de son roman
    * Dialogues : Michel Audiard
    * Société de production : Gaumont
    * Pays d’origine : France
    * Format : Noir & Blanc
    * Genre : drame
    * Durée : 134 minutes
    * Date de sortie : 10 mai 1960

    Distribution
    * Lino Ventura : brigadier Théo Dumas
    * Hardy Krüger : capitaine Ludwig von Stegel
    * Charles Aznavour : Samuel Goldman
    * Maurice Biraud : François Jonsac
    * German Cobos : Paolo Ramirez
    * Roland Ménard : voix narrateur
    * Marcel Bozzuffi : voix de German Cobos
    * Dominique Rozan : spectateur défilé
    * Fernando Sancho
    * Enrique Avila
    * Carlos Mendy



    Amitiés
    Michel
    avatar
    Roland DIONET

    Messages : 439
    Date d'inscription : 12/08/2009
    Age : 72

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Roland DIONET le 31.10.09 11:03

    UN DE LA LEGION



    SYNOPSIS : Antoinette Espitalion, veuve d’un restaurateur marseillais établi au Canada, a hérité d’une vieille tante phocéenne une somme rondelette. Ayant épousé en secondes noces son cousin Fernand, elle rentre avec lui au pays pour toucher l’héritage. C’est une maîtresse femme qui traite rudement son second mari, docile comme un caniche aux caprices de sa «Toutoune», comme il l’appelle. Alors que celle-ci fait antichambre chez le notaire, Fernand est allé siroter un pastis au bistrot du coin. Il y lie connaissance avec un aventurier en rupture de ban du nom de Durand. Ce dernier le saoule à mort et, troquant ses papiers d’identité contre les siens, le transforme en Pierre Durand, natif de Lille et engagé volontaire dans la Légion étrangère. Et voilà notre brave Fernand entraîné malgré lui dans une rocambolesque aventure. Des douaniers complaisants embarquent le pauvre bougre, à demi inconscient, à bord d’un bateau de légionnaires en partance pour Oran. Il se retrouve, sous l’uniforme, à Sidi-Bel-Abbès, où la 9e compagnie de la Légion a son cantonnement. On le prend d’abord pour un fada, puis, peu à peu, une amitié se noue avec ses compagnons, Turlot, le Belge Vandercleef, le sergent Leduc, ce dernier toujours prompt à ironiser sur son sort. Fernand prend goût à sa nouvelle vie. Il accomplit les marches d’épreuve dans la bonne humeur et oublie facilement Toutoune dans la compagnie de Maryse, une Algéroise qui noie son chagrin dans l’accueillant cabaret «À la mort du cafard». Quelques bagarres sans gravité ponctuent cette vie au grand air… Le sort de Fernand est désormais scellé. Il a pris goût à la liberté, il ne peut plus s’en passer. Mais toute médaille a son revers. La 9e compagnie est envoyée dans le Sud, pour relever un détachement de tirailleurs encerclés par des «salopards». On se retrouve à Bou-Arane, en pleine montagne, sous un soleil de plomb et à la merci d’une balle perdue. Le bon Vandercleef y trouvera la mort. Fernand va-t-il rentrer au bercail, où son épouse, qu’il a revue entre-temps, le réclame ? Non : il préfère écouter l’appel du bled et rempile dans l’enthousiasme.


    ]
    avatar
    Jean-Marie LE MOING

    Messages : 1064
    Date d'inscription : 29/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Genets 50530

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Jean-Marie LE MOING le 31.10.09 11:29

    Bonjour à tous

    Rando dans le désert.








    Amicalement
    Jean Marie
    avatar
    Jean-Marie LE MOING

    Messages : 1064
    Date d'inscription : 29/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Genets 50530

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Jean-Marie LE MOING le 01.11.09 12:25

    bonjour à tous,

    Film:Les cent mille dollars au soleil


    Résumé : A Blima, au Maroc, Castigliano dirige une entreprise de transports routiers. Il vient juste d'embaucher un certain Stemer pour convoyer un chargement à Moussorah dans un camion flambant neuf. Mais, au petit matin, c'est un autre employé, Rocco, qui prend le camion et récupère sa maîtresse Pepa à la sortie de la ville, bien décidé à négocier pour son compte le chargement de contrebande. Furieux, «Casta» propose deux millions à un ancien de la maison, Marée, pour rattraper le fuyard. Marée s'associe à Steiner pour qu'ils puissent se relayer au volant. C'est au cœur des monts Atlas que les deux poursuivants rejoignent Rocco. Mais ce dernier, en panne, leur a tendu un piège et les contraint, sous la menace de son fusil, a transborder sa marchandise sur leur propre camion. Secouru par Mitch-Mi







    Une belle réclame pour Berliet en 1964

    Amicalement
    Jean Marie
    avatar
    Roland DIONET

    Messages : 439
    Date d'inscription : 12/08/2009
    Age : 72

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Roland DIONET le 05.11.09 10:38

    Bonjour à tous,

    Laurel et Hardy conscrits




    Synopsis : Laurel et Hardy hésitent à quitter Paris pour rentrer en Amérique. Hardy est tombé amoureux de Georgette et envisage de l'épouser. Ses avances repoussées, Le coeur d'Hardy est brisé : celle qu'il aime en a épousé un autre. Pour oublier sa peine, il s'engage dans la légion et entraîne Laurel à sa suite. Mais la dure vie de militaire n'est pas faite pour les deux amis qui désertent bientôt le camp…





    Amicalement.

    Roland
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 19.11.09 13:16

    Bonjour à tous,
    Un homme sans l'occident (2002) de Raymond Depardon



    C’est en prenant tout son temps et par des plans fixes que Raymond Depardon parvient à capter en noir et blanc l’effroyable rudesse du Sahara. On est bien loin de notre vie de nantis et de la magie du désert colportée par les prospectus touristiques. Dans son désert, le ciel et le sol se confondent dans la blancheur et les silhouettes humaines sont fragiles. Le vent pénètre par tous les orifices et transforme les dunes en mer de sable ; la chaleur écrasante accable les nomades, le manque d’eau épuise les corps, les pillards tyrannisent les tribus. La beauté épurée des images et des cadrages témoigne de la résistance des hommes et de leur corps à corps avec la nature. Un beau témoignage d’humanité.

    Amitiés.
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 25.11.09 10:18

    Bonjour à tous,
    SAHARA

    Film de Zoltan Korda (1943) avec Humphrey Bogart, Dan Durvea, Bruce Bennett...
    Synopsis
    Pendant la campagne d’Afrique, un petit groupe de soldats alliés retranché dans une oasis résiste de manière acharnée aux assauts d’une division allemande assoiffée.
    Arrière-fond
    Ce film fait intervenir, de manière quasi allégorique, toutes les nations ou presque engagées dans cette phase du conflit mondial. On y retrouve en effet un chef de char américain, des soldats anglais, soudanais et français libres, tous très braves. Se trouvent également mêlés de près à l’histoire un soldat italien pas très vaillant au combat, et un aviateur allemand nazi fanatique, qui ira jusqu’à trahir son « allié » italien... Cette fresque romanesque respire le patriotisme du temps de guerre. Les comportements y sont caricaturés à l’extrême, ce qui s’explique du fait de la sortie du film pendant le conflit (après la campagne africaine gagnée par les Alliés). Le film réussit toutefois, au travers de ces clichés, à donner un ensemble très fort et des personnages intéressants.

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 01.12.09 18:16



    Bonjour à tous,

    Station Six Sahara


    Réalisation : Seth Holt (1964)
    Interprétation:

    Carroll Baker, Ian Bannen, Peter Van Eyck, Mario Adorf, Denham Elliott…

    Synopsis

    Cinq hommes, allemands et britanniques, travaillent sur un pipe-line en plein Sahara. Ils mènent une existence monacale. L’arrivée nocturne d’une jeune femme, victime d’un accident de voiture, donne soudain corps aux fantasmes du groupe. Elle précipite aussi les conflits latents : la rituelle partie de poker n’a plus l’argent pour enjeu, mais une femme belle et provocante.

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Alain BROCHARD

    Messages : 360
    Date d'inscription : 16/08/2009
    Age : 74
    Localisation : Le Verdon sur Mer 33123 (Gironde)

    Le cinéma au SAHARA

    Message  Alain BROCHARD le 02.12.09 16:41

    Bonjour à tous

    LE DERNIER VOL



    Il y a déjà quelques temps, je vous avais fait connaître le résultat de deux ans de recherches sur la fin tragique de William Newton LANCASTER, voir sur le site : « UN PAPILLON DANS LE DESERT ».
    Depuis j’ai rédigé, pour le magazine « LE SAHARIEN » de ‘‘l’Amicale des Sahariens’’ (LA RALHA), un document intitulé « LA SANCTION DU DESERT ».
    Nous le publierons sur le site par la suite.
    Ces deux papiers ont servi de support pour un article à paraître dans le prochain numéro du SAHARIEN, (janvier 2010),
    dont le titre est « L’AFFAIRE LANCASTER ».
    (Je vous recommande d’ailleurs de vous procurer, (auprès de ‘‘LA RALHA’’), ce numéro dès sa sortie (que nous vous indiquerons).
    Ce rédigé comporte en effet des documents jusque là inconnus de la plupart.

    Dans l’attente, un film sur Bill LANCASTER sera dans les salles dès le 16 décembre. Le titre « LE DERNIER VOL » de Karim DIDRI.

    Ci-après quelques documents d’annonce du film :
    http://www.canalplus.fr/c-cinema/c-tous-les-films/cid209953-le-dernier-vol.html?vid=291303

    Et une interview du réalisateur :
    http://marion-cotillard.org/filmarticles/le-dernier-vol-2/interview-karim-dridi-french

    Lorsque vous aurez vu ce film, nous pourrons communiquer sur le sujet, sachant que fiction et réalité n’ont guère de points communs !!!

    Alain BROCHARD
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 11.12.09 12:54

    Bonjour à tous,




    Comédie dramatique de 1938
    Réalisation de Jacques de BARONCELLI
    Avec Charles VANEL, Jean-Pierre AUMONT, Marta LABART, Raymond CORDY, Paul AZAIS...


    Résumé
    Le chef d'un poste de la Compagnie Transsaharienne voit revenir son ex-femme, créature sans scrupules qui l'a ruiné et trompé.
    Le jeune radio tombe éperdument amoureux. Bafoué à son tour, il se suicide tandis que la jeune femme meurt au cours d'une attaque de pillards.

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 13.12.09 11:29

    Bonjour à tous,





    Réalisation : Bernard Borderie 1959
    Auteurs & scénaristes : Ivan Loukach
    Avec : Noëlle Adam (Françoise Renaud), Christian Marquand (Michel Rousseau), Paul Guers (Henri Mangin), Guy Mairesse (Serge), Renaud Mary (Capt. Robert), Lutz Gabor (Willy), Daniel Cauchy (Fred), Yves Barsacq (le médecin), Joëlle Bernard, Jean-Claude de Goros

    L’histoire
    Afin d’acquitter une dette de jeu, Michel, ancien officier parachutiste, a dû quitter Paris secrètement avec mission de faire passer la frontière saharienne à un camion recherché. Il est gravement accidenté et ramené à l’hôpital des Légionnaires. À Paris, sa maîtresse, Françoise, demeurée sans nouvelles, croit à son abandon. Elle épouse Mangin, son chef de service, qui sera bientôt envoyé par la Compagnie des Pétroles à El-Gassa. C’est là que le hasard remet en présence la jeune femme venue rejoindre son mari et Michel qui, ayant appris le mariage de son amie, s’est engagé dans la Légion. Il obtient de la revoir, mais elle lui cache ses véritables sentiments. D’abord révolté, il veut se venger puis enfin, apprenant qu’elle n’a épousé Mangin que pour donner un père à leur enfant, il décide de s’éloigner non sans avoir d’abord accompli un exploit héroïque pour éteindre l’incendie du puits de pétrole.

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 16.12.09 10:22

    Bonjour à tous,



    LE FORT DE LA SOLITUDE
    Comédie dramatique de 1947
    Réalisation de Robert VERNAY
    D’après l’œuvre de René GUILLOT
    Scénario et Dialogues de Bernard ZIMMER
    Directeur de la photographie Maurice BARRY
    Musique de Mohamed Ygerbuchen et Jean WIENER
    Avec Paul Bernard, Alexandre Rignault, Lucien Nat, Jean-Jacques Delbo, Antoine Balpêtré, Paul Faivre, Léonce Corne, Claudine Dupuis, Marcel Lupovici, Albert Broquin, René Pascal, Robert Moncade, Michel Marsay, Georges Hubert, Emile Riandreys, René Fluet, Henri Coutet, Made Siamé, Robert le Flon, France Mooréa

    Résumé
    Dans le désert, Pehu se confie à Charles : il a tué et volé autrefois pour les beaux yeux d’une certaine Marie.
    De retour au pays en compagnie de son camarade, il veut retrouver le magot et la femme.
    Charles le tue et, à défaut du trésor, retrouve Marie qui est mariée. Il se venge en faisant accuser le couple de son crime.
    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 18.12.09 11:11


    Bonjour à tous,

    LA CAPTIVE DU DÉSERT




    Drame de 1989 durée 96’ Couleur
    Réalisation et scénario de Raymond Depardon
    Directeur de la photographie Raymond Depardon
    Musique de Jean-Jacques Lemètre
    Montage de Pascale Charolais, Camille Cotte et Roger Ikhlef
    Costumes de Françoise Clavel

    Avec Sandrine Bonnaire, Dobi Koré, Fadi Taha, Dobi Wachinké, Badei Barka, Atchi Wahi-Li, Daki Koré, Isai Koré, Mohamed Ixa, Brahim Barkaï, Hadji Azouma, Barkama Hadji, Sidi Hadji Maman

    Résumé
    Une femme est détenue en Afrique, dans le désert du Djado, par les guerriers toubous. Redoutant sans doute une action de commando pour la récupérer, les rebelles la place parmi les nomades. La caravane marche sans cesse sous le soleil: dromadaires, femmes, hommes, guerriers armés, suivis régulièrement de la captive flanquée de son gardien. Les jours et les nuits se succèdent, interminablement, avec la chaleur du soleil, le froid de la nuit, le sable, le vent, la soif, la rareté de l’eau, les haltes à l’ombre d’un rocher, d’un arbre, d’une tente... Au fil des semaines, des mois, des liens se nouent. D’agressivité et de familiarité avec le gardien. De complicité avec les femmes de la caravane. De jeu et presque d’affection avec les enfants auxquels elle apprend une vieille chanson française. La monotonie de l’attente est ponctuée de menus faits quotidiens – ablutions, nourriture, eau – un plaisir fugitif – baignade dans l’eau claire d’une cascade –, une tentative d’évasion vouée à l’échec. Un jour, enfin, un responsable militaire lui annonce sa libération. Un avion atterrit.



    Amitiés
    Michel

    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 20.12.09 10:25

    Bonjour à tous,




    Documentaire réalisé par Frank Cole 2000

    Synopsis
    Fasciné par la beauté du Sahara et traumatisé par la mort de son grand-père, Frank Cole décide le 29/11/89 de rallier la Mauritanie au Soudan à pieds, accompagné d'un chameau. Un voyage autant physique que métaphysique, un pari insensé mais réussi. Cole est retourné dans le Sahara en octobre 2000 et y a péri de mort violente.




    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 21.12.09 9:55

    Bonjour à tous,




    Drame de 1931
    Réalisation et scénario d’André HUGON
    Coscénariste et dialoguiste Paul Achard d’après son œuvre
    Directeurs de la photographie Raymond Agnel et Charles de Rochefort

    Avec : Kaissa Robba, Charles de Rochefort, Suzanne Christy, Jean Toulout, Christian-Jaque, Jean Heuzé, Alexandre Mihalesco, Tahar Hanache


    Résumé
    Lechef des Targuis, Aftan, sauve une jeune fille des mains d'une caravane de pillards. Madeleine tombe amoureuse de son sauveur et leur mariage est décidé.
    Mais Aftan comprend qu'il ne sera jamais assimilé aux européens et il part retrouver la belle poétesse Dassine qu'il avait aimé auparavant.





    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 24.12.09 9:36


    Bonjour à tous,

    Aventure de 1960
    Réalisation, scénario et dialogues de Michel Gast
    D’après l’œuvre de Gilles Perrault

    Avec Paul Guers, Magali Noël, Jean Servais, Jess Hahn, Jean Daurand, Georges Aminel, Jean-Marie Amato, Robert Porte, Marcel Bozzuffi, Pierre Doris, René-Jacques Chauffard, Guy Mairesse, Georges Géret, Jean Le Poulain, Jacques Famery, Jean Droze, Paul Pavel, André Dumas, Georges Montant, Daniel Crohem, Bernard Fresson, Harald Wolff

    Résumé
    Perdu en plein Sahara, un derrick de forage se dresse dans la solitude. Le chef des prospecteurs, surnommé « La Vieille », voit survenir de Paris un jeune ingénieur envoyé par la Société qui finance le sondage chargé de le prévenir qu’il doit interrompre les travaux, ceux-ci étant devenus inutiles et coûteux. Mais « La Vieille » est sûr qu’il y a du pétrole, « son » pétrole, et il fera tout avec ses hommes durant le peu de temps qui reste avant l’expiration du permis de prospection pour que la sonde atteigne la précieuse nappe. Nous assistons aux manœuvres des appareils, à la vie de ces hommes perdus dans les sables, à leurs querelles, leurs jalousies, leurs désirs. Triplant l’allure du forage, « La Vieille » voit enfin son œuvre couronnée de succès, et ceci malgré les prospecteurs concurrents, la trahison d’un secrétaire qui fait exploser une grenade et les tentatives de débauche auxquelles s’est livré l’un de ses hommes.

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 27.12.09 9:46


    Bonjour à tous,



    Comédie dramatique de 1938
    Réalisation de Pierre Billon
    Scénario de Oscar Paul Gilbert
    Directeurs de la photographie Christian Matras et Claude Renoir
    Musique de Henri Verdun

    avec Albert Préjean, Pierre Renoir, Jean-Louis Barrault, Jacques Baumer, Jean Brochard, René Lefèvre, Jany Holt, Charles Lemontier, Arthur Devère, Jean Témerson, André Fouché, Geymond Vital, Ketti Gallian, Rodolphe Marcilly


    Résumé

    Dans une oasis saharienne arrive une jeune femme à la recherche de l’assassin de son mari. Elle soupçonne l’associé du défunt, un grand nerveux et un malade.
    Un jour, abattu par la fièvre, il avoue et rend le dernier soupir. La jeune femme repart pour la France, laissant derrière elle des regrets informulés.


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 29.12.09 10:10

    Bonjour à tous,


    L'APPEL DU SILENCE

    Historique de 1936
    Réalisation, scénario et dialogues de Léon Poirier
    Directeur de la photographie Georges Goudard et Georges Million
    Musique de Claude Delvincourt

    Avec Jean Yonnel, Pierre de Guingand, Jacqueline Francell, Alice Tissot, Suzanne Bianchetti, Pierre Juvenet, Thomy Bourdelle, André Nox, René Bergeron, Auguste Bovério, Jean Buquet, Georges Cahuzac, Pierre Darteuil, Maurice de Canonge...

    Résumé
    La biographie de Charles de Foucauld (1858-1916), surnommé l’ermite du Sahara, missionnaire en Algérie et au Maroc, et assassiné a Tamanrasset par une troupe de rebelles venus de Tripolitaine.

    Amitiés

    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 31.12.09 10:51

    Bonjour à tous,


    Drame de 1936
    Réalisation et scénario de Pierre BILLON
    D'après l'œuvre de Antoine de SAINT-EXUPÉRY
    Co-scénaristes HG LUSTIG et Robert BRESSON
    Directeurs de la photographie Robert LE FEBVRE et Louis Page
    Musique de Jacques IBERT et Maurice THIRIET

    Avec Pierre RICHARD-WILLM, Jany HOLT, Charles VANEL, Gabrielle DORZIAT, Alexandre RIGNAULT, Jacques BAUMER, Pauline CARTON, Henri Crémieux, Jacques Berlioz, Raymond AIMOS, Marguerite PIERRY, Odette TALAZAC, Pierre Sergeol, Maurice DEVIENNE, Louis BARON fils, René BERGERON, Roger LEGRIS, Abel Jacquin, Jean Aymé, Albert Malbert

    Résumé
    Pilote de l’aéropostale sur la ligne Casablanca-Dakar, Jacques Bernis, en congé en France, a reçu de Geneviève Herlin, une amie d’enfance qu’il avait autrefois rêvé d’épouser, une invitation à passer quelques jours dans sa propriété familiale. En réalité, cette invitation est un appel au secours.
    Herlin, le mari de Geneviève, homme froid et autoritaire – il est ambassadeur de France en Pologne – vient de décider, contre l’avis de son épouse et de ses beaux-parents, de vendre cette propriété où la jeune femme a vécu son enfance et son amour avec Jacques. Désemparée, Geneviève n’hésite pas à rompre avec sa vie bourgeoise et protégée, mais sans amour, pour suivre Bernis à Paris... Le bonheur des amants est de courte durée. Jacques est rappelé d’urgence pour un transport de courrier.
    À Casablanca, il apprend que l’avion de son camarade Hubert a disparu en plein désert, dans une zone en rébellion. Prévenue, Geneviève, harcelée par sa famille qui la presse de revenir, se cache, avec la complicité de sa tante Sophie, dans un hôtel où elle attendra le retour de Jacques. Celui-ci a retrouvé Hubert sain et sauf et le prend à son bord. Au moment du décollage, l’avion est attaqué par des Maures, une balle perce le réservoir. À court d’essence, l’appareil se pose près d'un fortin assiégé par les insurgés. Hubert et Jacques s’y réfugient tandis que la bataille fait rage.
    Bernis ne peut se résoudre à rester là alors que Geneviève l’attend. Il tente de remonter dans son avion, il est frappé mortellement... Herlin a découvert la cachette de Geneviève, qui vient d’apprendre par le journal la mort de son amant.
    Le diplomate aime sa femme et sait qu'il lui faudra désormais l'entourer d'affection et de tendresse. Là-bas, dans le désert, on rend hommage au pilote disparu. Hubert a pris sa place, le courrier arrivera à destination.





    Amitiés
    Michel
    avatar
    Serge LE PUIL

    Messages : 6
    Date d'inscription : 29/12/2009
    Age : 62
    Localisation : St-Pierre d'Albigny Savoie

    Imuhar une légende

    Message  Serge LE PUIL le 04.01.10 17:21

    IMUHAR UNE LEGENDE






    A la mort de sa mère, qui était française, Khénan part avec son père, Najem, qui est Touareg, dans sa famille paternelle au Niger. Au milieu du désert, le jeune Parisien va vivre des moments inoubliables. Avec son grand-père, Kénuni, sa tante, Tannes, ses cousins et ses cousines, il va découvrir une autre vie, la vie des Imuhars, le nom que se sont donné depuis toujours les Touaregs et qui signifie être libre.
    Ce film peut être vu par un public très large. Les amoureux des grands espaces et du sable chaud se régaleront, ceux qui ne les connaissent pas n'auront qu'une envie, y aller
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 06.01.10 13:54

    Bonjour à tous,


    Long-métrage américain. Genre : Documentaire

    Année de production : 2008
    Réalisé par James Moll
    Avec Matt Damon
    Synopsis : Documentaire suivant trois coureurs de l'ultra-marathon dans leur tentative de devenir les premiers à traverser le désert du Sahara, qui s'étend sur six pays. Tout au long de leur parcours l'équipe du film se chargera d'identifier pour l'association H2OAfrica les endroits ayant besoin d'eau potable.






    Amitiés
    Michel
    avatar
    Jean-Marie LE MOING

    Messages : 1064
    Date d'inscription : 29/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Genets 50530

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Jean-Marie LE MOING le 09.01.10 15:15

    Bonjour à tous,



    Amicalement
    Jean Marie
    avatar
    Alain BROCHARD

    Messages : 360
    Date d'inscription : 16/08/2009
    Age : 74
    Localisation : Le Verdon sur Mer 33123 (Gironde)

    LE DERNIER VOL

    Message  Alain BROCHARD le 10.01.10 13:01

    Bonjour à tous

    LE DERNIER VOL

    Sans doute êtes-vous nombreux à avoir vu ce film ? Qu’en avez-vous pensé ???
    Personnellement en dehors des présentations et des critiques vues sur le NET, ce film est passé très rapidement dans mon secteur, 2 séances seulement et du fait je n’ai pas pu y assister.
    J’avais été emballé par les images vues sur le NET, mais les critiques n’étaient pas du tout favorables à ce film !
    Le réalisateur au lieu de s’égarer dans les méandres du roman ‘‘Le Dernier Vol de Lancaster’’ aurait trouvé avantage à interviewer le 3ème Groupe de Transport.
    Le résultat, l’histoire d’une amourette qui n’a jamais existé, sur la base du crash d’un pilote agonisant qui aurait sans doute mieux mérité.
    Toutefois la force, du roman et du film, a été de parler de loin ou de près du Capitaine LANCASTER.
    Aujourd’hui si vous consultez le NET, William Newton LANCASTER dit Bill, n’a jamais été aussi célèbre. J’avais déjà dit que s’il avait réussi son raid vers Le CAP, il aurait été oublié depuis longtemps.
    Conclusion, aux erreurs près des différents textes et à la romance dont il fut l’objet, la mémoire de Bill est toujours omniprésente.
    Aujourd’hui, je continue toujours mes recherches pour ressortir le maximum d’éléments de l’oubli.

    LA RALHA- AMICALE DES SAHARIENS : http://www.larahla.org/

    vient de publier dans son dernier numéro du SAHARIEN (n° 191- 4ème trimestre Décembre 2009), vingt quatre pages sur ‘‘L’AFFAIRE LANCASTER’’.
    Le président André HESSE en liaison avec Roland DIONET m’avait demandé de rédiger un texte pour une publication dans leur magazine.
    J’avais accepté souhaitant que le texte de ‘‘UN PAPILLON DANS LE DESERT’’ (trop épais pour un magazine), ne fasse pas l’objet d’un raccourci ou d’une mauvaise synthèse.
    J’avais donc rédigé un papier dont le titre ‘‘LA SANCTION DU DESERT’’ (non publié) pouvait être la base du texte présenté dans LE SAHARIEN.
    La première étape fut de devenir comme Roland, un adhérent de LA RALHA.
    Ensuite en contact avec Marc FRANCONNIE (rédacteur en chef), la réalisation de l’article ‘‘L’AFFAIRE LANCASTER’’ fut un moment d’échanges privilégiés.

    Si vous le souhaitiez, nous pourrions publier sur notre site la copie de ces pages.
    Pour l’instant de sorte à ne pas être ‘‘rabâche’’ sur le sujet ‘‘LANCASTER’’, nous gardons sous le coude cet extrait du SAHARIEN. Un mot de votre part et ce sera un plaisir pour nous que de vous faire connaître ce document.
    Mieux, vous pouvez vous procurer le n° 191 auprès de LA RALHA, (voir le lien cité plus haut), vous découvririez ainsi une amicale riche de ses traditions et de son magazine trimestriel dignes des meilleurs documents.
    En devenant membre de l’Amicale vous nous rejoindriez Roland et moi-même ainsi que tous ces chercheurs de DESERT qui régulièrement rédigent des articles hors du commun.

    Pour revenir au document publié par LA RALHA, vous retrouverez bien sûr, des éléments de : ‘‘UN PAPILLON DANS LE DESERT’’, mais le texte est enrichi de documents déjà publiés dans d’anciens numéros du SAHARIEN, que André, m'avait communiqué au départ.
    Ne perdez pas le fil, d’autres documents inédits sont prêts à rejoindre le journal, pour votre plus grand plaisir je l’espère.
    À bientôt
    Alain
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Le patient anglais

    Message  Michel FERNEZ le 13.01.10 12:35


    Bonjour à tous,



    Film américain (1996). Titre original : The English patient.
    Acteurs : Ralph Fiennes, Juliette Binoche, Willem Dafoe.

    À l’automne 1942, un vieil avion survole le Sahara. Le visage du pilote est masqué par l’ombre de son casque. Sa passagère semble endormie. Soudain, l’appareil est touché par un tir antiaérien allemand et commence à perdre de l’altitude. Le pilote est éjecté de l’avion et s’agrippe à sa maîtresse sans vie, enroulée dans un parachute. Leurs deux corps en proie aux flammes s’écrasent.

    Au cours des années qui suivent la seconde guerre mondiale, quatre personnes se rencontrent dans un monastère italien perdu. Leur vie a été marquée par la guerre. Une jeune infirmière (Juliette Binoche) qui semble avoir perdu le goût de la vie s’occupe avec dévouement de son dernier patient, un anglais inconnu grièvement blessé dans un accident d’avion au début de la guerre en Afrique et dont l’esprit est envahi de ces secrets et de ces passions qui font que la vie vaut la peine d’être vécue... Un voleur (Willem Dafoe) que la guerre a transformé en héros. Un jeune lieutenant Sikh de l’armée britannique (Naveen Andrews), chargé du désamorçage des explosifs, à qui la guerre a appris qu’il ne pouvait compter que sur lui-même.
    Les quatre personnages commencent à se raconter leur vie. Ils se souviennent d’un aristocrate européen, Count Almasy (Ralph Fiennes), codirigeant d’une expédition internationale dans le désert dont l’objectif était de découvrir une oasis, d’un nanti britannique, Seoffrey Clinton (Colin Firth) et de sa jolie épouse, Katharine (Kristin Scott Thomas) avec laquelle Almasy vivra, après une courte période de légère animosité, une aventure amoureuse passionnée et obsessionnelle. Depuis les jardins désordonnés et les chambres dévastées du monastère, ceux-ci ramèneront au début de la guerre, dans le Sahara, à travers les hôpitaux militaires italiens de fortune.
    Deux histoires d’amours sensuelles vécues à travers l’Afrique du Nord, le Caire, le désert et l’Italie... Des vies humaines embrouillées et bouleversées, désormais unies à jamais par les conséquences cruelles et invraisemblables de la guerre.




    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Furigraphier le Vide

    Message  Michel FERNEZ le 14.01.10 9:54

    Bonjour à tous,
    Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire
    Un film d'Hélène Claudot-Hawad et Nathalie Michaud
    Durée : 55 min
    Coproduction : Université de Toulouse-Le Mirail/Portique Nomade
    @ SCPAM-UTM/PortiqueNomade/Juin 2009
    Comment être nomade aujourd’hui ? Comment poursuivre la marche qui multiplie les horizons ? Comment occuper le vide ?
    Ces questions douloureuses se posent avec une violence accrue dans les espaces arides du Sahara et du Sahel à l’économie asphyxiée, à la population criminalisée et aux territoires âprement convoités pour leurs richesses minières.
    Pour résister au chaos et au non-sens, pour lutter contre l’ultime dépossession de soi, celle de l’imaginaire, quarante-quatre poètes touaregs réunis pendant trois nuits et trois jours en novembre 2006 à Agadez dessinent des parcours sonores libérés des entraves qui immobilisent leur société et réinventent à leur manière les trames du présent.

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    La bataille d'El Alamein

    Message  Michel FERNEZ le 17.01.10 10:00

    Bonjour à tous,


    Titre du film : La Bataille d’El Alamein
    Titre original : La battaglia di El Alamein
    Année : 1969
    Film de guerre
    Réalisateur : Giorgio Ferroni

    Acteurs : Frederick Stafford (Giorgio Borri), George Hilton (Ted Graham), Robert Hossein (le maréchal Rommel), Ira De Furstenberg (Marta), Michael Rennie (le général Montgomery), Enrico Maria Salerno (Claudio Borri), Marco Guglielmi (le capitaine allemand), Gérard Herter (le général Schwartz)

    Histoire : En 1942, dans le désert africain, à El Alamein, les troupes britanniques livrent une lutte sans merci à l'Afrika Korps, mené par le maréchal Rommel.

    Résumé : Au printemps 1942, rien ne semble pouvoir arrêter l'Afrika Korps du Maréchal Rommel, qui caracole dans le désert africain à la conquête des protectorats français et britanniques. Le général Montgomery est chargé d'arrêter dans les sables la progression de l'ennemi. Il s'installe à El Alamein et profite d'une circonstance favorable, la pénurie de carburant qui frappe les chars allemands, pour mener contre le maréchal Erwin Rommel une guerre d'usure qui porte rapidement ses fruits. En dépit de la résistance de quelques soldats italiens, la contre-offensive britannique entame les défenses des forces de l'Axe...


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Les chiens verts du désert

    Message  Michel FERNEZ le 22.01.10 9:44

    Bonjour à tous,


    LES CHIENS VERTS DU DÉSERT
    (Attentato ai tre grandi)
    1967, Italie/France/Allemagne, Guerre
    Réalisé par Umberto Lenzi
    Durée 1 h 25

    Avec Ken Clark, Horst Frank, Jeanne Valérie, Carlo Hinterman, Howard Ross, Franco Fantasia, Hardy Reichelt, Fabienne Dali, Tom Felleghy, John Stacy, Ivan Scratuglia, Gianni Rizzo...

    Résumé :
    Les agents du contre-espionnage allemand apprennent qu'une conférence inter-Alliés de la plus haute importance réunira prochainement, à Casablanca, Churchill, Roosevelt et De Gaulle. L'occasion est trop belle. Cinq vétérans des campagnes africaines de la Wehrmacht sont parachutés en plein désert. Ils se déguisent en soldats alliés et entreprennent de traverser les lignes ennemies et le Sahara. Leur périple est mouvementé. Seuls trois d'entre eux atteignent l'oasis où les attendent des agents arabes. Les difficultés qui ont émaillé leur progression ont alerté les services d'espionnage américain et britannique. Une traque impitoyable s'organise...


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    7 hommes pour Tobrouk

    Message  Michel FERNEZ le 24.01.10 10:29

    Bonjour à tous,





    7 HOMMES POUR TOBROUK
    (La Battaglia del deserto)
    1969, Italie, Guerre
    Réalisé par Mino Loy
    Durée 1h30

    Avec Robert Hossein, George Hilton, Frank Wolff, Rik Battaglia, Ivano Staccioli, Goffredo Unger, Fabrizio Moroni, Laura Belli, Jacques Castelot, Robert Dalban...

    Résumé : Printemps 1942, en Afrique du Nord. Les Anglais posent un million de mines dans le désert afin de faire reculer les Allemands. Ceux-ci, n'ayant plus de véhicule, font un pacte avec les Anglais. En échange d'une jeep, ils leur fournissent de l'eau et des vivres. Mais cet accord ne peut faire disparaître la haine que se portent les deux groupes...


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Amaneï, touareg entre dunes et montagnes

    Message  Michel FERNEZ le 27.01.10 10:44

    Bonjour à tous,

    Amaneï, touareg entre dunes et montagnes
    Réalisation : Michel ZALIO et Gilles SOURICE.
    Michel ZALIO, guide de haute montagne, passionné par le monde touareg nous emmène dans le désert du Ténéré, à la découverte de ces nomades, méconnus du monde occidental, vivant dans un repère temporel très différent du nôtre.
    Aux portes du « désert des déserts », deux Touareg de l’Aïr (Niger), Alhousseini et Sado, quittent leur campement pour rejoindre une grande fête traditionnelle nomade entre Aïr et Ténéré.
    Sur leur chemin, ils rencontrent successivement une caravane de sel, un puits, les animaux du désert et établissent leur bivouac au gré des rencontres. On découvre alors l’histoire d’un vieux chef Touareg qui raconte son passé. Puis ils reprennent leur chemin et arrivent au grand Tindé, la fête traditionnelle touarègue.
    En ces lieux que vous allez découvrir dans ce film, règne une atmosphère festive : les femmes chantent, les hommes paradent et organisent la grande course de chameaux.
    Après trois jours de festivité, une dernière danse et chacun repart dans son campement.
    Un film sur les Touareg dans un décor désertique, qui vous emporte dans un voyage à travers l’espace, le temps et les rencontres insolites…





    Amitiés
    Michel
    avatar
    Jean-Marie LE MOING

    Messages : 1064
    Date d'inscription : 29/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Genets 50530

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Jean-Marie LE MOING le 27.01.10 15:32

    Bonjour à tous ,


    « Vent de sable. Le Sahara des essais nucléaires », de Larbi Benchiha

    Larbi Benchiha est un réalisateur algéro-français, journaliste à France 3 Bretagne.

    13 février 1960, 7h04, dans le Sahara algérien, à cinquante kilomètres de la ville de Reggane, la France entre dans le clan très fermé des puissances nucléaires en faisant exploser sa première bombe atomique, en pleine guerre d'indépendance.

    Roland, Gérard, Jacques, Hervé, Hamadi et Mohamed sont d'anciens appelés du contingent, militaires de carrière, civils ou simples ouvriers ayant séjourné sur les sites nucléaires du Sahara et travaillé durant les explosions atomiques. Ils nous transportent dans les années soixante et nous permettent de comprendre et d'analyser comment cette expérience militaro-scientifique s'est avérée d'une incertitude dramatique sur le plan humain et environnemental, et affecte encore le quotidien de familles algériennes et françaises.



    Amicalement,
    Jean Marie


    Dernière édition par Jean-Marie LE MOING le 28.01.10 10:58, édité 1 fois
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Le Secret du Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 28.01.10 10:51

    Bonjour à tous,



    Le Secret du Sahara
    1988
    Réalisation : Alberto Negrin
    Auteurs & scénaristes : Nicola Badalucco, Sergio Donati, Alberto Negrin et Emilio Salgari
    avec : Michael York (Desmond Jordan), Ben Kingsley (Sholomon), Miguel Bosé (El Halem), James Farentino (Khalif de Timbuktu), Andie MacDowell (Anthea), Ana Obregón (Tamamet), David Soul (Lieutenant Ryker), Diego Abatantuono , Daniel Olbrychski

    En 1925, Jordan DESMOND, archéologue américain, découvre un manuscrit qui raconte la légende des trésors secrets de la "Montagne qui parle". Il part alors au fin fond du Sahara à la recherche de richesse et gloire, dans sa quête il sera aidé par un ex-compagnon d'armes, le Lieutenant RYKER de la légion étrangère qui lui aussi veut trouver la montagne sacrée pour assouvir tous ses désirs de conquête...



    Amitiés
    Michel
    avatar
    Jean-Marie LE MOING

    Messages : 1064
    Date d'inscription : 29/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Genets 50530

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Jean-Marie LE MOING le 28.01.10 11:03

    Bonjour à tous,



    Amicalement,
    Jean Marie
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Hidalgo, les aventuriers du désert

    Message  Michel FERNEZ le 29.01.10 12:06

    Bonjour à tous,

    Hidalgo, les aventuriers du désert

    Long-métrage américain
    . Genre : Historique, Aventure, Action
    Réalisateur : Joe Johnston
    Scénariste : John Fusco
    Durée : 2h16 - Année de production : 2002

    Avec Viggo Mortensen, Omar Sharif, Saïd Taghmaoui

    Résumé : Chaque année, depuis des siècles, se déroule l’Océan de Feu, une course de survie de 5 000 km à travers le désert arabe. En 1890, pour la première fois de l’histoire, un cheikh richissime invite un Américain et son cheval, Hidalgo, à participer à la course.
    Frank T. Hopkins, cow-boy et messager de la cavalerie américaine, est considéré comme le plus grand cavalier que n’ait jamais connu l’Ouest américain. Le cheikh désire opposer le cow-boy et son mustang aux plus grands chevaux arabes et aux meilleurs cavaliers bédouins. Certains parmi eux sont bien décidés à empêcher l’étranger de finir la course...


    Amitiés

    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    La Croisière noire

    Message  Michel FERNEZ le 01.02.10 10:40

    Bonjour à tous,
    La Croisière noire
    de Léon Poirier
    Film français en noir et blanc, 1925.
    Durée : 2h12
    Présentation :
    Faisant suite à la première traversée du Sahara en automobile en 1923, l’expédition Citroën en autochenilles traverse l'Afrique, de Tombouctou à Madagascar. Ce raid de vingt-huit mille kilomètres demande un an de préparation et suscite un véritable engouement.
    Contexte historique :
    La Croisière noire, relevant à la fois de l’aventure coloniale, du raid automobile et de l’opération publicitaire, est née de la volonté d’un homme, André Citroën. Après la Première Guerre mondiale, ce brillant polytechnicien a l’idée, inédite en France, de construire et de commercialiser une voiture populaire : organisées selon les méthodes mises en œuvre par l’Américain Ford à la même époque, ses usines du quai de Javel fabriquent dès 1919 le modèle A, une torpédo de 8 CV. En 1928, la production atteint 400 voitures par jour. Parallèlement, l’industriel décide de financer de grandes expéditions intercontinentales pour accroître la notoriété de sa marque. Après une première traversée du Sahara, en 1922, a lieu la Croisière noire : cette expédition, dite aussi « Citroën-Centre-Afrique », relie Colomb-Béchar à Tananarive, à travers le Hoggar et le Tchad, en dix mois (d’octobre 1924 à juin 1925). Couronnée de succès, elle est suivie en 1931-1932 de la Croisière jaune, au cours de laquelle deux groupes partis de Méditerranée traversent l’Asie jusqu’au Pacifique en passant par le Levant, le Tibet et la Mongolie. Enfin, la Croisière blanche se déroule en 1934 sur le continent nord-américain qu’elle parcourt de Chicago à l’Alaska.
    Analyse des images :
    Les aventuriers voyagent à bord de véhicules « tout-terrain » construits par les usines d’André Citroën et pour lesquels celui-ci a acquis en 1920 un brevet de chenilles en caoutchouc. Les différentes Croisières ont pour objectif de tester le véhicule et, plus généralement, de populariser les voitures de la marque aux chevrons. L’autochenille de 10 CV représentée ici avec une remorque est imposante ; pendant la traversée du Sahara en 1922, elle roule à une vitesse variant entre 5 et 20 km/h selon les terrains et consomme 30 litres aux cent kilomètres ! On la retrouve à l’arrière-plan d’une affiche, derrière un indigène hiératique vêtu d’une sorte de jupette. L’artiste a traité le sujet avec un schématisme délibéré : le personnage est représenté de manière stylisée et presque naïve, comme s’il s’agissait d’une figurine ; le paysage, avec ses deux palmiers, semble un décor de théâtre ; l’image est entourée de motifs géométriques. L’affiche du film La Croisière noire montre une femme noire vue de profil, au visage démesurément étiré et à la coiffure invraisemblable : ici, le dessin est au contraire outrancier, ce qui en fait une caricature d’un goût douteux. Le film, dont la première eut lieu à l’Opéra, est à la fois une publicité pour les autochenilles et un témoignage sur des civilisations exotiques. Projeté aux enfants des écoles, admiré par Hergé qui s’en inspira dans Tintin au Congo, il connut un très vif succès.
    Interprétation :
    Si Citroën eut d’autres coups de génie (comme l’illumination de la Concorde, de l’Arc de triomphe et de la tour Eiffel), les Croisières constituent ses « plus beaux fleurons publicitaires ». Elles permirent de faire connaître ses véhicules, mais aussi de vanter la qualité d’un matériel résistant à des conditions extrêmes (ce qui n’empêcha pas Citroën de déposer son bilan en 1934). Par leur esthétique et leurs objectifs, ces affiches témoignent des préjugés colonialistes en vigueur dans la France des années 1920 et 1930. En 1924, Le Matin célèbre la Croisière noire en titrant : « Le tourisme au pays de la peur et de la soif ». L’empire colonial, en effet, a acquis dans l’économie et l’imaginaire nationaux une place cruciale : la part qu’il représente dans le commerce français passe de 13 % en 1913 à 27 % en 1933, les liaisons aériennes entre l’Europe et l’Afrique deviennent régulières, le patriotisme des soldats africains pendant la Grande Guerre est légendaire. Les expéditions de Citroën contribuent ainsi à la conquête de l’opinion, puisqu’elles suscitent, comme l’Exposition coloniale de 1931, « l’intérêt passionné d’un très large public, épris à la fois de technique, de record et d’exotisme » (Raoul Girardet, L’Idée coloniale en France de 1871 à 1962, La Table Ronde, 1972, p. 114).
    Auteur : Ivan JABLONKA


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Le désert de feu

    Message  Michel FERNEZ le 03.02.10 10:20

    Bonjour à tous,
    Le désert de feu
    1997 – Durée :1h30 – Titre original : Deserto di fuoco / Prinzessin Amina
    Réalisé par : Enzo G Castellari
    Avec : Anthony Delon (René / Ben), Stéphane Freiss (Jacquot), Mandala Tayde (Amina), Giuliano Gemma (Tafud), Christopher Buchholz (Dubaï), Claudia Cardinale (Leila), Vittorio Gassman (Tarek), Franco Nero (Marcel Duvivier)
    Résumé :
    Après un accident d’hélicoptère sur les terres de Bélem, au cœur du Sahara, Marcel Duvivier, un ingénieur minier, trouve la mort. Son fils, René, âgé de quelques mois, a survécu à l’accident. Il est adopté par un homme du désert, l’émir Tafud, qui l’élève comme son propre fils. Les années passent. L’extrême affection qui unit René, devenu Ben, et sa « sœur » d’adoption, Amina, ressemble fort à une passion amoureuse qui ne peut se déclarer. Amina doit prochainement épouser son cousin, Dubaï, qu’elle n’aime pas. Leila, l’épouse de Tafud, apprend à Ben la vérité sur ses origines. Le jeune homme décide alors de repartir en Europe, sur les traces de son père...

    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Si le vent soulève les sables

    Message  Michel FERNEZ le 05.02.10 10:56

    Bonjour à tous,

    Si le vent soulève les sables
    Réalisé par Marion Hänsel
    Avec Issaka Sawadogo, Carole Karemera, Asma Nouman Aden
    Long-métrage français, belge. Genre : Drame
    Durée : 1h36 min
    Année de production : 2006
    Synopsis :
    D’un côté, le désert qui grignote la terre. La saison sèche qui n’en finit plus, l’eau qui manque. De l’autre la guerre qui menace. Au village le puits est à sec. Le bétail meurt. La majorité des habitants, se fiant à leur instinct, partent en direction du Sud. Rahne, seul lettré, décide de partir avec Mouna, sa femme et ses trois enfants vers l’Est. Leur seule richesse, quelques brebis, des chèvres et Chamelle, un dromadaire. Histoire d’exode, de quête, d’espoir et de fatalité. Rahne et les siens parcourent des contrées hostiles sous un soleil dévastateur, effectuant des marches sans fins, croisant souvent la mort. Mais « Si le vent soulève les sables » est aussi une parabole sur la détermination et l’éternité qui nous entraîne sur les pas de Shasha, enfant nomade qui va conquérir l’amour de son père grâce à sa ténacité, sa force et joie de vivre.


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    La piste

    Message  Michel FERNEZ le 07.02.10 10:52

    Bonjour à tous,


    La piste
    Réalisé par : Eric Valli
    Avec : Clint Dyer, Eriq Ebouaney, Robert Hobbs, Julian Sands, Camille Summers
    Genre : Aventure
    Pays : France
    Durée : 1h32

    L’histoire :
    Road movie et première vraie fiction de Eric Valli après « Himalaya, l’enfance d'un chef ».
    Après une enfance heureuse au cœur de l’Afrique Australe, la petite Grace a dû retourner à la civilisation en compagnie de sa mère, laissant Gary, son père, derrière elle. Quelques années plus tard, elle rompt le silence qui la sépare de Gary et décide de venir à la rencontre de ce père, sur les traces de son enfance.
    Grace découvre la vie et l’univers de Gary, sa tendresse, ses faiblesses et ses forces. Tout ce qu’elle a perdu et qui ne demande qu’à revivre. Mais le destin se mêle de les séparer trop vite, à la faveur d’une tempête qui fait s’écraser l’avion de Gary dans le désert.
    Recueilli, capturé, par une bande de desperados rescapés des guerres d’Angola, il ne doit sa survie qu’à ses compétences de géologue et son espoir de revoir Grace vivante. Désormais contraint de leur prêter main-forte pour trouver les diamants aux abords d’une ville fantôme qui leur sert de refuge, Gary joue la montre en attendant les secours lancés à sa recherche.
    Il ignore que dans le même temps, Grace, partant à contresens des sauveteurs trop cartésiens, s’est enfoncée dans le désert en se guidant sur sa seule certitude de le retrouver.





    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Vents de sable, femmes de roc

    Message  Michel FERNEZ le 12.02.10 10:34



    Bonjour à tous,


    VENTS DE SABLE, FEMMES DE ROC
    Un film de Nathalie Borgers
    À l’extrême sud du Sahara, au Niger...
    Chaque été, les femmes des villages toubous effectuent un voyage de quatre mois. Armées de poignards, emmenant leurs enfants, elles marchent deux semaines vers le Nord. Là, de l’autre côté du Grand Erg de Bilma, se trouvent les oasis de palmiers dattiers. Pendant un mois, elles récoltent les dattes, les font sécher, puis les empaquètent. Ensuite, guidant leurs chameaux surchargés, elles traversent le Sahara en sens inverse, à destination du marché de N’Guigmi situé à la frontière du Tchad et du Nigeria. Le trajet dure trois semaines. Sur place, il leur faut un bon mois pour vendre leur stock de dattes. Au total, elles parcourent à pieds plus de 1 500 kilomètres.
    Seul le résultat compte : Grâce au revenu de la vente, un foyer nomade peut acheter les vivres et les biens nécessaires à sa survie pendant un an.
    Pour autant, il serait faux de croire que chez les Toubou les femmes ont un statut privilégié. Au contraire, jusqu’à ce qu’elles se marient et aient leur premier enfant, elles n’ont aucun statut social. En outre, elles n’ont pas les mêmes droits que les hommes et ne disposent pas d’elles mêmes comme elles l’entendent.
    Ce film dévoile la personnalité des femmes Toubou en tant que « résistantes ».
    À travers la caravane qui en est le fil conducteur, ce film raconte le prix que les femmes sont prêtes à payer pour leur indépendance.

    Tournage : août 2008
    Lieu de Tournage : Sahara, Niger




    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Touareg, le guerrier du désert

    Message  Michel FERNEZ le 14.02.10 10:04

    Bonjour à tous,


    Réalisé par : Enzo G. Castellari - 1984
    Avec : Mark Harmon, Luis Prendes, Ritza Brown, Paolo Malco, Aldo Sambrell, Ennio Girolami, Antonio Sabato, Giovanni Cianfriglia, Claudia Gravy, Manuel Pereiro...
    Genre : Aventure
    Pays : Espagne, Italie, Israël
    Durée : 1h32
    Titre original : Tuareg – Il guerriero del deserto

    Les Touareg sont des hommes à part. Méprisant les villes, leur demeure est le désert. Ils ne connaissent ni les frontières ni les autorités et ne sont régis que par leurs lois et traditions. Des lois qui prônent un respect du prochain et des traditions que nul ne saurait entraver. Un jour, deux hommes assoiffés traversant le désert sont recueillis par Gacel Sayah (Mark Harmon), vénérable guerrier touareg au courage sans égal. L’hospitalité étant une chose sacrée chez les Touareg, les deux hommes sont accueillis et soignés avec attention. C’est alors que l’armée surgit de derrière les dunes, assassine l’un des hommes et kidnappe l’autre qui s'avère être l’ancien président déchu. Gacel Sayah, humilié, crie vengeance ! Quiconque touche à ses invités mérite la mort ! Ainsi commence une traque sans merci à travers le désert.

    Mark Harmon s’amuse comme un fou à incarner le guerrier Touareg à l’honneur bafoué. Bravant les dangers du désert, résistant au soleil et à la soif, il va jusqu’à boire le sang de son chameau ! Seul, il prendra d’assaut la prison d’état, mitraillette en bout de bras, pulvérisant ses ennemis au ralenti. Les impacts de balles déchirent les peaux laissant apparaître des énormes plaies sanglantes tandis que les cascadeurs bondissent dans les airs soufflés par les explosions de leurs véhicules. Castellari signe ici un film attachant qui dessert ses scènes d’action à dose homéopathique mais de manière redoutablement efficace préférant s’attacher à la résistance de son prodigieux Touareg pour l’amener à une fin pleine d’ironie qui ne manquera pas de surprendre le plus blasé des spectateurs.

    Le casting comprend également Antonio Sabato, en officier pourri, et Ennio Girolami, frère d’Enzo Castallari, en officier gentil. Enzo lui-même s’est réservé un caméo en tant que garde...



    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Asshak-Tales from the Sahara

    Message  Michel FERNEZ le 16.02.10 13:19

    Bonjour à tous,


    ASSHAK-TALES FROM THE SAHARA

    Réalisation : Ulrike KOCH
    2004 - 114 min
    Interprètes : El Hadj Ibrahim Tshibrit, Schilen Rabidin, Azahra, Nohi Alutinine, Ahmed Kenam...

    Dans le désert du Niger, un groupe de Touareg organise sa vie nomade. Ils forment les caravanes qui continuent à transporter le mil et le sel à travers les immensités sahariennes. Le conteur et la joueuse d’imzad expliquent la pratique de l’ässhäk, le code moral qui régit l’existence de la communauté dans la dignité, prescrit le respect de toute vie et impose le port du voile aux hommes. Chameaux, chèvres et ânes tiennent une place essentielle, ainsi que l’eau, que les Touaregs sont experts à trouver sous le sable, même dans les pires sécheresses. Entre les dunes immenses, un targui erre à la recherche de son chameau perdu, en rêvant des jungles humides et de leur faune bariolée…



    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Les baliseurs du désert

    Message  Michel FERNEZ le 19.02.10 10:17

    Bonjour à tous,


    LES BALISEURS DU DESERT

    Nacer KHÉMIR
    Durée : 95', 1986, Tunisie.
    Intervenants :
    Nacer KHÉMIR. Réalisation : Soufiane MAKNI. Interprètes : Nacer KHÉMIR, Nourredine KASBAOUI, Soian ICHTI, Hedi DAOUD, Hassen KHALSI.
    Résumé :
    Un jeune instituteur arrive dans un village aux confins du désert, perdu dans les sables qui le mangent pierre par pierre. Il n’y a pas d’école, des enfants courent dans les ruelles sombres, construisent un jardin de miroirs brisés à l’orée du village, tandis que d’autres dialoguent avec un esprit caché dans un puits ou creusent le sol à la recherche d’un trésor. Dans ce village, il ne reste à côté des enfants plus que les vieillards, les femmes, et une jeune fille très belle et très secrète. Les hommes sont partis dans le désert pour en chercher les limites. On les entend parfois, le vent portant jusqu’au village leur mélopée triste et envoûtante d’une Andalousie passée. On les aperçoit aussi, comme un mirage, au loin, au travers des nuages de sable flottant sur le désert infini. Sont-ils un rêve ? Ou les gardiens d’un « autre » monde ?
    Couronné dans de nombreux festivals, il s’agit là du premier film de l’auteur du fameux « Le collier perdu de la colombe ». Un début où déjà flotte cet air des Mille et une nuits, où le réel et la magie s’imbriquent, se fondent à la surface des choses et des êtres. La culture arabe, pour Nacer KHÉMIR, essaime entre l’Andalousie et la Sogdiane, entre Cordoue et Samarcande, il tire de cette culture toute son inspiration. Les images lumineuses éclairent des visages à la beauté mystérieuse.



    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Bab’Aziz, le prince qui contemplait son âme

    Message  Michel FERNEZ le 24.02.10 10:09

    Bonjour à tous,


    Bab’Aziz, le prince qui contemplait son âme
    Réalisé par Nacer Khemir
    Avec Parviz Shahinkhou, Maryam Hamid, Nessim Khaloul...
    Long-métrage français, tunisien. Genre : Drame
    Durée : 1h36 min - Année de production : 2006
    Synopsis :
    Deux silhouettes, perdues dans un océan de sable : Ishtar, une petite fille pleine d'entrain et son grand-père Bab'Aziz, un derviche aveugle. Elle le guide à la grande réunion des derviches qui a lieu tous les trente ans. Mais pour la trouver, il faut avoir la foi, savoir écouter le silence infini du désert avec son coeur. Leur voyage à travers l'immensité brûlante les amène à la croisée d'autres destins: Osman, qui rêve de retrouver les jeunes femmes découvertes au fond d'un puits. Zaid dont le chant a séduit une beauté irréelle qu'il a perdue. Et puis, le Prince qui a abandonné son royaume pour devenir derviche. Un conte ancien que Bab'Aziz rapporte à Ishtar tandis qu'ils cheminent péniblement dans le sable. Mais le désert est l'ami du derviche et il finira par révéler son secret à Bab'Aziz: le lieu de la réunion. Le vieil homme embrasse sa petite fille une dernière fois avant de la confier à Zaid dans un fantastique kaléidoscope de couleurs et de sons. Pour Bab'Aziz, il est temps de fusionner avec le sable...


    Amitiés
    Michel
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    L’arche du désert

    Message  Michel FERNEZ le 28.02.10 10:33

    Bonjour à tous,


    L’arche du désert
    Réalisation : Mohamed CHOUIKH – 1997 – Durée : 90’
    Avec Myriam AOUFFEN, Messaouda ADAMI, Hacen ABDOUL, Fatyha NESSERINE, Zoubida SAÏKI, Mohamed CHOUIKH

    Dans l’immensité du Sahara l’image caresse le désert pour arriver à l’oasis. Un village et une palmeraie où différentes communautés cohabitent et travaillent, harmonieusement semble-t-il. Mais soudain tout bascule. Un poème sombre, cruel et sanglant traversé par le regard triste d’un enfant à qui on promet des lendemains difficiles.
    Amitiés
    Michel
    avatar
    Jean-Marie LE MOING

    Messages : 1064
    Date d'inscription : 29/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Genets 50530

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Jean-Marie LE MOING le 01.03.10 0:06

    Bonjour à tous



    Avec Matthew McConaughey (Dirk Pitt), Steve Zahn (Al Giordino), Penelope Cruz (Dr. Eva Rojas)
    Réalisé par Breck Eisner
    Edition M6 vidéo

    Amicalement
    Jean Marie
    avatar
    Michel FERNEZ

    Messages : 422
    Date d'inscription : 11/08/2009
    Age : 71
    Localisation : Grigny (Essonne)

    Ässäk, l’âme du désert

    Message  Michel FERNEZ le 07.03.10 10:00

    Bonjour à tous,


    Ässäk, l’âme du désert
    de Ulrike Koch, 2003, 108’.

    Ce film suit la vie des nomades touaregs au rythme des chameaux, des bivouacs dans l’immensité saharienne et des chants traditionnels de l’Aïr. Un voyage visuel et sonore plein de sérénité.Dans la langue des Touaregs, ässäk est un terme qui signifie le respect de l’autre, la patience. Dans sa construction délicate qui souligne les infinies nuances des paysages du Sahara, dans le lent mouvement qui accompagne les gestes et les activités, dans l’attention particulière portée aux sons du désert, ce documentaire rend un hommage plein de chaleur à un mode de vie et à une culture qui semblent traverser les âges sans perdre leur caractère authentique.

    Amitiés
    Michel

    Contenu sponsorisé

    Re: Le Cinéma et le Sahara

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est 18.11.17 18:02